• Sapho se précipitant à la mer


    Sapho se précipitant à la mer



    tableau de l'artiste    
    Jean-Joseph Taillasson  (1745–1809)


    La fille de Lesbos avait une appétence
    Mystique de l'amour. Les nymphettes des lieux
    Lui tapaient dans l'esprit. De son désir intense,
    Elle tirait souvent ses mélancolieux
    Vers sifflant tel un vent déchaîné dans les frênes.
    Ah! les fraîches vénus des doux îlets héllènes !

    Elle leur dédiait ses mots ; sa lyre d'or
    Élevait aux hauts cieux leur charme de déesses
    Dont elle jouissait tel un prince lindor
    Gaspillant pour un sein d'importantes richesses.
    Elle écrivait, chantait. La sensualité
    Fusait de ses vélins en toute humilité.

    Sa demeure vouée au culte d’Aphrodite
    Fut école des arts pour les fleurs des entours
    Aimant s'initier aux dons de l'érudite
    Qu'elle était à leurs yeux toujours repus d'amours.
    Doit-on la condamner pour ses élans vitaux
    Ou goûter le bonheur, non feint, dans ses cristaux ?

    D'après Ovidius, elle avait dû s'éprendre
    D'un jeune, dit Phaon. Son cœur fut ébranlé
    Car ce garçon charmant, vu comme chair de sandre
    Par les dames du coin, n'aimant être attelé
    Au char d'un lit à deux, la laissa bien tôt choir.
    Son esprit fut brisé par ce coup de hachoir.

    Elle alla se jucher sur le roc de Leucade
    Pour un dernier regard sur la mer dont les flots
    Eurent l'ultime droit à sa douce accolade
    Que bénirent les airs fleurant dans des îlots.
    Là, finit son parcours. La Grèce, consternée,
    Porta longtemps le deuil. Ô rude destinée !




    30-08-2019
    bjnb

                                        




     
     





    « Diogène de SinopeArtémis »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Septembre à 17:50

    Les blessures d'amour sont de source ancestrale

    Quand un être sur deux a l'âme en  fusion

    L'esprit du mal aimé dans la confusion

    Ne sait pas, ne sait plus, lire l'oeuvre orchestrale !

     

    Bonjour Flormed,

    Pour ce poème et cette toile magistraux j'ai retrouvé mes doux alexandrins, signe que ma muse a aimé son festin !

    Mes Amitiés cher Maitre

    2
    Jeudi 5 Septembre à 22:34

    Bonsoir MarlAime

     

    Heureux que ta muse

    murmure à ton oreille

    de merveilleux alexandrins.

     

    3
    Vendredi 6 Septembre à 09:17

    mes compliments cher med pour cette merveille 

    Que j'ai relu avec grand plaisir 

    belle journée

    bises

    4
    Vendredi 6 Septembre à 23:24
    5
    Vendredi 13 Septembre à 18:53

    Bonsoir Flormed,

    Que superbe récit, nos révisions de la mythologie se font avec un énorme plaisir !

    Bonne et douce soirée.

    Annie

    6
    Vendredi 13 Septembre à 21:50
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter