• L'ardent soleil de thermidor


    L'ardent soleil de thermidor


    L'ardent soleil de thermidor prématuré
    Répand sur le village une trombe de flammes.
    On entend grésiller le chemin torturé
    Par les reflets du ciel ankylosant les âmes.

    Pas un oiseau n'ose voler. Du bois muet
    S'exhale en tourbillons un relent de fournaise.
    La rivière se tait .On voit son cours fluet
    Serpenter, mort de soif, sur un tapis de glaise.

    Faute de monnaie, on est sourd à l'appel
    De la mer. Pour un gueux, avaler du napel
    Serait moins douloureux que s'enfuir dans la plage.

    On subit la chaleur et ses calamités.
    En espérant l'hiver aux sombres nudités
    Qui viendra démonter ces gens de tout pelage.




    Mohammed ZEÏD

    « Il portait les armes.Orphée »

  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Juin à 12:46

    Bonjour cher Flormed,

    Si l'été est caniculaire en France, je me doute de ce que ce doit être chez toi ! La preuve en est ce délicieux sonnet  qui traduit fort bien cet excès de chaleur qui nuit à tout un chacun de manière différente mais qui fatigue beaucoup.

    Quant à nous qui vivons à la porte de la mer, nous n'y allons même pas, nous demeurons cloîtrés dans la maison... !

    Merci et bravo pour ce superbe poème et à bientôt je le souhaite de tout cœur.

    Je t'embrasse.

    Annie

    2
    Samedi 24 Juin à 15:00

    ce sonnet excelle cher med , ta plume magicienne  le fait vibrer , mes bravos , 

    belles pensées à toi , je t 'embrasse

    3
    Dimanche 25 Juin à 02:18
    4
    Dimanche 25 Juin à 02:19
    5
    Lundi 17 Juillet à 15:29
    Avec chaleur, encore une pépite d'art !
    J'ai bu tout d'un seul coup pour ma soif satisfaire
    Mais très doucement j'ai d'un sage blédard
    Gardé les conseils dans mes deux hémisphères !
    Solairement
    Marl'Aime
    6
    Mardi 18 Juillet à 21:53
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :