• Tristan Corbière





    Tristan Corbière

    Morlaix, jadis Ploujean, le vit naître et mourir
    Confiant au caveau ses maigres trente années,
    Ne laissant aux lecteurs que les pages fanées
    Des "Amours", seul recueil menacé de périr.

    Pour le bonheur des adorants des vers à rimes,
    Verlaine eut le bon sens de fort bien brillanter
    Le livret du breton puis sa valeur vanter.
    Tu nous parles,Tristan, du fond de tes abîmes.

    Tu n'es pas mort. Ta voix résonnera toujours
    Sous le ciel. Si court fut ton malingre parcours
    Mais combien avenant fut le flux de ta muse !

    Dors en paix ! Si la vie avait brusquement fui
    Tes côtes, ton âme a, près des inspirés, lui.
    Si tu trouves chétifs ces mots, je m'en excuse !




    Mohammed Zeïd
    Flormed
    "Les Amours jaunes" est l'unique recueil de poésie du « poète maudit » Tristan Corbière, publié en 1873 chez Glady frères éditeurs à Paris Wikipédia

    Pour lire ce recueil → Wikisource

     

    « Ô LibertéLa danseuse indienne »

  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Décembre 2015 à 10:34

    Bonjour cher Flormed,

    Ne t'excuse surtout pas !  Qui ne serait pas fier de recevoir un tel hommage, qu'il soit un grand poète ou un ami ?...

    C'est tout simplement très beau et je t'en félicite.

    A bientôt sur le forum !

    Je t’embrasse.

    Annie

    2
    Mardi 29 Décembre 2015 à 11:46
    stellamaris

    Quel magnifique hommage, très cher ami ! Avec toute mon amitié.

    3
    Mercredi 30 Décembre 2015 à 12:43

     

     

    Merci à vous Annie et Stellamaris

     

    4
    Jeudi 31 Décembre 2015 à 15:58

    bonsoir cher med

    un bel hommage rendu à ce poète , j'apprécie toujours autant ta lyre 

    merci de nous la transmettre en partage

    toutes mes amitiés

    iris

    5
    Jeudi 31 Décembre 2015 à 17:38

    Merci Véronique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :