• La bergère 2


    La bergère 2



    Julien Dupré
    peintre français ((1851-1910)


          Elle est debout, les manches retroussées,
    S'appuyant des deux mains sur un bâton,
    Le regard fier, le front haut, le menton
    Ombrant son cou, perles éclaboussées
    Par le soleil... Un menhir en laiton !

    Elle remplit dûment sa longue robe.
    À ses pieds, presque nus, coule un filet
    D'eau ravissant dont l'occulte reflet
    Dore les joncs que l'herbe fraîche englobe
    Avec amour dans son petit ourlet.

    Le bois dressé telle une ample clôture
    Défend à ses ovins de s'éloigner.
    On les perçoit, de loin, dans l'air baigner
    Ou paître allègrement dans la nature
    Où le vert est le seul prince à régner.

    Maître Dupré, que fait cette dryade
    En cet endroit ? Je la vois de rubis
    Parée en un castel mais ses brebis
    -Je crois- valent, à ses yeux de naïade,
    Mieux qu'un trésor dans un étroit gourbis.

    Là, c'est l'azur, la paix, le grand espace,
    La vue ailée aimant de l'horizon
    Cueillir le frais de l'aube, le tison
    Du soir quand Nyx vient dévoiler la face
    De Séléné, fêtant sa lunaison.

    Est-il ailleurs un paradis terrestre
    Où jouir de sa vie, où se sentir
    Plus guilleret qu'un souffle de zéphyr
    Qui fait frémir la verdure sylvestre
    Sous un ciel chatoyant, bleu de saphir?



    Mohammed ZEÏD

    « Les glaneuses 2La faucheuse au soleil »