• Pastourelle

     

    Pastourelle

     



    William Bouguereau
    peintre français
    (1825 - 1905).

    ***



    Voyant que l'agnelet ne peut fouler la sente
    De ses sabots moelleux, la bergère le prend
    Dans ces amènes bras . L'amour est inhérent
    À  son cœur naturel, à son âme clémente.
    La brebis, l'œil ouvert, la suit d'un pas léger.
    La fille lui sourit:« Je ne vais l'égorger!

    Je le choie et tu vois sa frissonnante laine
    Bien collée à son sein et les doigts en fuseau!»
    Chemin faisant, la mère allonge le museau
    Vers son bébé chétif pour flairer son haleine.
    Ce petit bout d'ovin, dans son ventre a mûri.
    Il boira de son lait, ce bel agneau chéri.

    Câline est la maman, tendre est la pastourelle!
    Un tableau bien vivant où le peintre a sorti
    Tout son doigté: du cher bijou très bien serti
    Émane un rai serein qui reluit sur la belle
    Mine de l'angelot se mouvant dans le noir.
    On dirait, dans la nuit, un magique miroir.

     

     

     

     

    « Pèlerinage à l’île de Cythère. Village en Kabylie »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Septembre à 18:34

    Je suis émue aux larmes 

    Par autant de douceur

    Peinte dans tous les charmes

    L'agnelet, la rousseur

    D'ange de la bergère

    La brebis, leur regard 

    Et l'amour qu'il suggère,

    Tes vers purs et sans fard...

     

    Bonsoir Flormed,

    Une merveille ce tableau, un nectar tes doux vers !

    Gros bisous

    2
    Mercredi 18 Septembre à 19:15

    bonsoir cher med

    Marlène a raison , c' est une merveille  où la tendresse , la lumière , l' amour se mélange , mes bravos

     

    bises

      • Mercredi 18 Septembre à 19:34

        Merci Iris-Véronique

    3
    Jeudi 19 Septembre à 11:23

    Marl'aime et Véronique

    Vous êtes adorables

     

    Pour toi Marl'aime

    4
    Jeudi 19 Septembre à 11:36

    Bonjour Flormed,

    Je relis sans m'en lasser, ce poème si doux, écrit de main de maître que ce peintre de grand talent aurait aimé lire.

    C'est magnifique !

    Je t'embrasse.

    Annie

    5
    Jeudi 19 Septembre à 15:55
    6
    Vendredi 20 Septembre à 12:33

    Bonjour mon très cher Flormed,

    Depuis hier après midi je te poste des billets de remerciements mais ça ne passe pas en passant par "répondre".

    Aujourd'hui je passe par "commentaire" en espérant que ce sera la bonne voie ! Sur mon blog trône majestueusement ton sonnet qui m'a donné tant de bonheur qu'il me restera jusqu'à Noël, merci à l'infini !

     

    J'ai reçu de mon Maître en poésie classique
    Une étoile d'honneur qui luit dans mes cieux,
     J'appris hier cet art du plus brillant cacique !
    Lors ma muse chante " Ô mon doux Précieux"
     
    Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Quatrain 20/09/2019
    7
    Samedi 21 Septembre à 11:49
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter