• L'ombre d'un songe.

     

    L'ombre d'un songe.


    Un sourire, un clin d'œil, un mot, un pas,
    Et bat le cœur. Oh, c'est parti ! La foudre
    A frappé. L'âme en feu qu'elle saupoudre
    De ses jets est vouée au doux trépas.

    Je croyais que rien ne pouvait découdre
    Son pavois graniteux qui n'ose pas
    Faire face à la fée aux frais appas
    Dont les éclairs sont advenus l'absoudre.

    Purgé, blanchi, l'esprit se laisse emplir
    De joie et de son rêve à s'accomplir
    Fin prêt jaillit une source vitreuse.

    Le ru né de ce flot aux bords rosés
    Fait verdir puis fleurir le lit qu'il creuse.
    O vers, souvent, de larmes arrosés!

     

    L'ombre d'un songe.

     

    Mohammed Zeïd

    Flormed

    « Le penseur d'A. RodinJe souffre, donc je suis. »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 09:24

    bonjour cher med

    une beauté passionnée de la lyre  affinée de ta plume 

    quelle splendide chute : j'adore tout le poème mais je  la retiens 

     

    excellente journée 

    toutes mes amitiés

    2
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 11:18

     

    Excellente journée à toi aussi Véronique

    et merci pour tes mots qui m'enchantent

    3
    Mardi 2 Décembre 2014 à 07:07

    un superbe sonnet que j'ai aimé découvrir

    merci

    bises amitié

    4
    Mardi 2 Décembre 2014 à 23:09

    Merci Vénusia.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :