• Joséphine


    Joséphine


    Portrait en pied de l’Impératrice Joséphine par
    Henri-François Riesener
    (1767-1828)



       Fille de l'Île-aux-fleurs, Joséphine,  "la belle
    Créole", dut venir au pays du Massif
    Central pour se lier au général rebelle
    Qui fut exécuté, laissant sa colombelle
    Et ses deux oisillons dans un deuil oppressif.

    Prisons, salons, amants, déplaisirs, allégresses
    Ont jalonné de bout en bout  son long parcours.
    En son cœur courageux enterrant ses tristesses,
    Fiée à sa beauté, ses béguins et prouesses
    Elle étala partout pour vivre moult amours.

    Six ans après, elle eut un bon coup de fortune
    En rencontrant un officier réputé grand
    Qui l'épousa. Sa vie changea, même la lune
    Lui sourit ; la voyant sur la haute tribune
    De l'État, le soleil lui fit un clin flagrant.

    Femme de l'empereur, de tout faste entourée,
    Rose - ô destin- fut couronnée et son époux
    L'appela Joséphine, agnelle énamourée
    Du jeune souverain, union savourée
    Pendant plus de cinq ans sans se tâter le pouls.

    Des arts et des jardins, sa passion première,
    Elle devint la fleur du palais. Son mari,
    Pour asseoir son pouvoir, voulut que sa rosière
    Lui donnât l'héritier qui rendrait sa lumière
    Éternelle ; désir, de majesté, nourri !

    Mais l'enfant ne vint pas et ce fut le divorce !
    La dame retirée en son château lointain
    Tout refait, prenait soin, point ne bombant le torse,
    De ses plantes. Perdant son éclat et sa force,
    Elle mourut à Malmaison lors d'un matin.



    Mohammed ZEÏD

    « DelphineCicéron découvrant le Tombeau d'Archimède. »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Novembre à 18:48

    Bonsoir cher Flormed,

    Un destin peut ordinaire que tu arrives sans aucune peine à nous conter en vers !

    Il fait bon être femme, mais pas toujours ! wink2

    Je t'embrasse.

    Annie

    2
    Jeudi 2 Novembre à 09:07
    3
    Jeudi 2 Novembre à 09:35

    Bonjour et MERCI cher Flormed,

    Je les cueille pour le jardin de mon cœur.

    Bonne journée à toi !

    Bises.

    Annie

    4
    Jeudi 2 Novembre à 10:15
    Marl'Aime

    Ô il en aura fait son charme du ravage

    Du bon certainement je le crois, comme lui,

    Mais mon sang antillais me rappelle celui

    Qui leur permit le bis des maux de l'esclavage !

     

    Magnifiques ces vers autant que le sujet, je le dis en conscience car personne n'est parfait !

    5
    Vendredi 3 Novembre à 15:20

     

    bonjour cher med

    un excellent poème où tu sais si bien nous compter cette fresque historique de la vie de Joséphine

    mes compliments

    excellente journée

    bises poétiques

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :