• Atala au tombeau






    par Anne-Louis Girodet (1767-1824)




    Le malheureux Chactas, endeuillé, se tourmente:
    Inhumer son aimée est un pas vers la mort,
    Il serre les genoux d'Atala très très fort,
    S'épuise pour garder, sur terre, son amante.

    La fille du grand chef qui l'avait soutiré
    Au bucher lors d'un soir en dénouant ses cordes.
    De la tribu vivant, barbarement, en hordes,
    Il ne pouvait s'enfuir. Il était séquestré.

    Elle était convertie, il restait idolâtre
    Mais l'amour lui dictait de le sauver des rets.
    Il n'avait point le droit de vivre en ces forêts.
    Ses ennemis, guerriers brutaux, voulaient l'abattre

    Le brasier, pensait-il, eut été plus clément
    Que ce cruel départ de la rose adorée
    Dont l'âme, sous ses yeux, s'était évaporée,
    Un poison mettant fin à son beau sentiment.

    Le père Aubry, muet, voyait, à la lumière
    Provenant en faisceau, la noble vénusté
    De la morte, l'honneur en son front incrusté
    Tel un saphir luisant de couronne princière.

    Le drap blanc, son linceul, signe de sa vertu.
    À la fraîcheur du teint de ses doigts, de ses lèvres,
    On dirait une nymphe ayant éclos à Sèvres
    Des mains d'un modeleur de bel art revêtu.

    La grotte ayant le soin de recevoir en elle
    Ce corps si pur, si beau, s'ouvre sur un relief
    Dont la vierge faisait son alcôve et sa nef.
    Anne-Louis et François l'ont élue immortelle.

    Le peintre et l'écrivain, artistes éminents,
    Nous ont laissé ce legs de sublime importance
    Dont plumes et pinceaux font toujours la pitance
    Rassasiant leurs goûts par ses mets fascinants.




    lire



    Atala de Chateaubriand

    Anne-Louis Girodet , ou Anne-Louis Girodet-Trioson, né à Montargis le 29 janvier 1767 et mort à Paris le 9 décembre 1824 (à 57 ans), est un peintre et graveur français.

    François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française.

    --------------------------



    Mohammed ZEÏD




    « La vache blancheEl sueño del caballero »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Septembre à 06:43

    quel splendeur ce poème cher med

    un véritable régal à contempler 

    belle journée

    je t 'embrasse

      • Vendredi 15 Septembre à 13:17

        Merci du fond du cœur

        aimable Véronique

        bises

    2
    Vendredi 15 Septembre à 21:38
    Marl'Aime

    Un nouveau cours d'histoire auquel tous mes neurones
    Ont répondu présents grâce aux vers de beauté
    Inégalée autant que l'est ta loyauté
    A te faire conteur, dans lequel tu fleuronnes.

     

    Du très grand art cher Maître !

    Amitiés

      • Samedi 16 Septembre à 12:34

        Merci Marl'aime

        Ton quatrain est d'une rare beauté poétique

    3
    Dimanche 17 Septembre à 16:36

    Bonjour cher Flormed,

    Mon Dieu que c’est beau  ! Je dois lire et relire...

    Ça c'est de l'art, du vrai...

    Je t'embrasse.

    Annie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :