• Fille lisant une lettre à la bougie

    Jeune fille lisant une lettre à la bougie



    Jean-Baptiste Santerre, peintre classique français, (1658 -1717).  


    Mais que lis-tu, beauté ? La bougie a pâli
    De honte en te voyant luire telle une rose
    Au soleil par un jour qui sonne l'hallali
    De la nuit s'enfuyant dos à l'horizon rose.

    Est-ce un pli parfumé venu, de ton amant
    Lointain, faire frémir, de volupté, ton âme
    Espérant le retour de l'être au ris charmant
    Qui sait griser ton cœur du céleste dictame ?

    La grâce de tes yeux se refermant afin
    De laisser ton esprit savourer l'épistole
    Ferait songer un saint, serait-il séraphin,
    À rompre avec la foi, source de son pactole.

    Pour le miel de ta lèvre ; un fakir, si dévot
    Soit-il, délaisserait son prêche et sa prière.
    Il en prendrait comme élixir, goût de pavot,
    Buvant, soir et matin, à ta fraîche rivière.

    Un prince t'offrirait son palace et son or
    Pour effleurer du bout du nez la velouteuse
    Et tendre chair du cache-clé, ton beau trésor
    Que n'escamote point ta douillette soyeuse.

    Mais dis, ô vénusté ; cette missive, en vers,
    Est-elle pour te faire ainsi flamber de joie
    À dévoyer un ange et le rendre pervers ?
    Je me tais, mon calam, d'humilité, rougeoie !



    Mohammed Zeïd
    Flormed

    « Chemin à travers les coquelicotsVieille femme endormie »