• A un libertin


    Sous ton burnous aux ailes veloutées
    Éclot, le soir, le péché du désir ;
    Et tu t'en vas, faraud, tes nuits rosir.

    Peu t'en chaut si les venaisons broutées
    Ne laissent à ton cœur que déplaisir ;
    Et tu t'en vas, faraud,  tes nuits rosir.

    Tes avances, vois-tu, sont déboutées
    Mais tu ne penses point te ressaisir
    Et tu t'en vas, faraud, tes nuits rosir.

    Tu ne crains les douleurs tant redoutées
    Lorsque les ans sauront ton sang transir ;
    Et tu t'en vas, faraud, tes nuits rosir.

    Que d'âmes avant toi furent cloutées
    Sur les autels du répugnant plaisir ;
    Et tu t'en vas, faraud, tes nuits rosir !




    Mohammed Zeîd
    Flormed

     

    -----

    Pour consulter une fiche sur la villanesque en tant que forme fixe

    n'hésitez pas à visiter

    POESIS

    « Ma visiteuse du soirA Fa... »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 17:41

    Bonsoir Flormed,

    Une très belle Villanesque sur le désir qui est un filou et que je vais prendre en modèle ! ( Je parle de la Villanesque bien sûr ! )

    Je t'embrasse.

    Annie

     

    2
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 17:50

    Un très joli poème, très cher ami ! Avec toute mon amitié.

    3
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 17:58

     

    Merci chers Apéciens

    4
    véronique benzazon
    Vendredi 7 Novembre 2014 à 09:12

    bonjour cher med

    j'apprécie ce beau poème et je retiens surtout ton dernier tercet ;quand l' humain verra t'il humblement l'artificiel ....

     

    Je te souhaite une excellente journée

    toutes mes amitiés

    iris

    5
    Vendredi 7 Novembre 2014 à 10:17

     

    Merci Véronique

    Tes commentaires me font énormément plaisir.

    Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :