• A cheval !

    A cheval !


    -« La poésie est fille de la Terre.»*

    Qu'elle soit en burnous, jupe ou sari,
    J'y vois la fleur à l'alléchant nectaire.

    Point ne m'en chaut  yearling ou méhari,
    Tente au désert ou sur une banquise,
    Que l'on marote ou que l'on pétrarquise !

    Tout esprit sain, voyageur persistant,
    Ne cesse de courir sommets et plaines,
    D'aller de champs à prés où marjolaines
    Roses, œillets, sont un baume excitant.

    Un bouquet, pour les yeux de Calliope,
    Vaut le chemin, devrais-je escalader
    Ll'Himalaya ! Que Pégase galope
    Pour le plaisir du rimeur philanthrope !
    En selle, amis voulant cavalcader !


    * Le premier vers est de M. Doucet.

    Mohammed Zeid

    = Flormed =

    « Pleurée à vieDoucet »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 12:30

    bonjour cher med

     

    merci de cet élégant poème à la gloire de la lyre 

    je retiens ton V2

    excellente journée 

    toutes mes amitiés

     

    iris

    2
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 01:05

    Merci Véronique.

    J'apprécie beaucoup ton commentaire.

    Amitiés

    3
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 11:45

    sublime poème un beau poème arithmétique j'ai adoré ma lecture bises l'ami. 

    4
    Samedi 4 Octobre 2014 à 23:46

    Merci Maria.

    Amitiés

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :