• Suis ton chemin boueux de jeunet dissolu
    Mais sache qu'il te mène
    Au gouffre où règne en roi le silence absolu
    Tyran coupeur d'haleine.

    Tu cours soir et matin en pensant à la chair
    Tendre, parfumée, aguichante
    Des filles de Satan qui vendent à prix cher
    Un faux plaisir qui désenchante.

    Va te pendre à leurs cous toi qui veux abréger
    Ta vie ! O vétilleux,  tu n'es qu'un étranger
    Qui, vite, s'étiole.

    Tes jours sont consumés de bordel en bousin
    Bientôt tu seras pris. Maloch, en argousin,
    Veillera sur ta geôle.

     

    Mohammed Zeïd

    Flormed


    5 commentaires



  • Ecoutez bien mes mots, disait un sage :
    L'oiseau ne chante pas s'il est en cage,
    Il gémit mais, ignorant son langage,
    On croit mélodieux son faux ramage.
    Il pleure sa liberté.

    Un rossignol, loin de son paysage,
    Perd la flûte qu'il a dans un bocage,
    Près d'un ru vert murmurant à l'ombrage
    Pour le plaisir du promeneur volage
    Amoureux de liberté.

    C'est au sommet d'un mont au bel alpage
    Qu'il se plait à chanter, sans découpage.
    Le philomèle est gai près d'un rivage
    Où le zéphir surmonte tout barrage
    Au nom de la liberté.

    O bel oiseau, craignant plus que l'orage
    Le filet du chasseur, sur cette page,
    Je dis que je te plains car ton image
    N'a plus d'attrait ; tu vis tout seul ta rage ;
    Dépourvu de liberté.
     
    Dans la geôle où se déteint son plumage,
    Loin des feuillus au bel état sauvage
    De ton milieu, tu n'es que vain mirage
    Abreuvant de tes pleurs de pauvre otage
    Les tueurs de Liberté.

    ff7


    4 commentaires
  •  

    L'ombre d'un songe.


    Un sourire, un clin d'œil, un mot, un pas,
    Et bat le cœur. Oh, c'est parti ! La foudre
    A frappé. L'âme en feu qu'elle saupoudre
    De ses jets est vouée au doux trépas.

    Je croyais que rien ne pouvait découdre
    Son pavois graniteux qui n'ose pas
    Faire face à la fée aux frais appas
    Dont les éclairs sont advenus l'absoudre.

    Purgé, blanchi, l'esprit se laisse emplir
    De joie et de son rêve à s'accomplir
    Fin prêt jaillit une source vitreuse.

    Le ru né de ce flot aux bords rosés
    Fait verdir puis fleurir le lit qu'il creuse.
    O vers, souvent, de larmes arrosés!

     

    L'ombre d'un songe.

     

    Mohammed Zeïd

    Flormed


    4 commentaires
  • Le penseur d'Auguste Rodin


    2 commentaires


  • Imploration


    Si tu pars, la nuit sera sans lune ;
    Sans soleil, le jour.
    Je n'aurai, de raison d'être, aucune.
    O source d'amour !

    C'est toi qui m'as ouvert la tribune
    Du chantre et du troubadour.
    Te perdre, c'est la grande infortune,
    C'est le vide à tout détour.

    Puis-je, par ces vers, avoir ta grâce
    Pour sauver mon esprit du rapace
    Nommé tracassin ?

    Vois comme le malheureux s'agite
    Tant que demeure loin de mon gite
    L'ambre de ton sein.




    Mohammed Zeïd
    = Flormed =

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique