• Village en Kabylie

    Village en Kabylie Villag10

    Waldemar Todé
    peintre suédois
    (1859- 1900)


    florita

    Ô Waldemar, la maladie avait conduit
    Tes pas et ton pinceau vers la terre kabyle
    Et ses affables gens. Là, coloriste habile,
    Du panier de ton art, tu sortis ce beau fruit.

    Le toit vieux, le sol nu, la verdure timide,
    Les poules remuant le sable sec, en vain!
    Le silence absolu...Faut-il être devin
    Pour déchiffrer l'état de cet endroit aride ?

    Et pourtant, en ces lieux, reclus, ont vu le jour
    Poètes et sorciers à la voix éternelle.
    Le gilbab, le haïk, le burnous, la gonelle,
    En ces coins, ont vécu dans le calme et l'amour.

    Les monts des environs vous diront sans ambages
    Que le trésor n'est pas en cailloux à valeurs
    Mais en bonté logée au tréfonds de ces cœurs,
    Heureux malgré la rareté des frais ombrages.



     Village en Kabylie Mz210


    4 commentaires
  •  

    Pastourelle

     



    William Bouguereau
    peintre français
    (1825 - 1905).

    ***



    Voyant que l'agnelet ne peut fouler la sente
    De ses sabots moelleux, la bergère le prend
    Dans ces amènes bras . L'amour est inhérent
    À  son cœur naturel, à son âme clémente.
    La brebis, l'œil ouvert, la suit d'un pas léger.
    La fille lui sourit:« Je ne vais l'égorger!

    Je le choie et tu vois sa frissonnante laine
    Bien collée à son sein et les doigts en fuseau!»
    Chemin faisant, la mère allonge le museau
    Vers son bébé chétif pour flairer son haleine.
    Ce petit bout d'ovin, dans son ventre a mûri.
    Il boira de son lait, ce bel agneau chéri.

    Câline est la maman, tendre est la pastourelle!
    Un tableau bien vivant où le peintre a sorti
    Tout son doigté: du cher bijou très bien serti
    Émane un rai serein qui reluit sur la belle
    Mine de l'angelot se mouvant dans le noir.
    On dirait, dans la nuit, un magique miroir.

     

     

     

     


    11 commentaires

  •  Pèlerinage à l’île de Cythère.




    Jean-Antoine Watteau
    peintre français
    (1684-1721)


    La fleur de mer Égée, île où dut voir le jour
    Au miroir des halos de son azur de rêve,
    Lui servant de couffin dégoulinant de sève,
    La belle enfant de Zeus, déesse de l'Amour.

    Ô Cythère, est-ce là sur tes flots vert de jade
    Que naquit Aphrodite aux appas enchanteurs
    Guirlandes et carquois, gais sourires charmeurs,
    Vérité non fardée ou simple galéjade ?

    Et ces gens qui s'en vont se recueillir auprès
    De ta statue, ont-ils trouvé la clef à même
    D'ouvrir le cœur fermé, silencieux, qui n'aime
    Partager son bonheur, morne tel un cyprès ?

    Le peintre, semble-t-il, a posé sur sa toile
    Avec art, c'est certain, tout un monde amoureux.
    À leurs habits,  on les dirait  des bienheureux
    Venus passer la nuit, à voir briller l'étoile.

    Leur étoile chérie, au pied de son prunier,
    Étant de roc, ne peut ni leur parler ni luire
    À leurs yeux l'implorant, pieusement, d'enduire
    Leurs âmes d'appétit, d'en remplir leur panier.

    Voyez leurs tristes fronts ! Fin du pèlerinage !
    Ils n'ont rien récolté. Peine perdue ! On prend
    La pente du retour, bredouille. Un révérend
    Fakir dit qu'un poisson, hors de l'étang, ne nage.







     


     


     


    9 commentaires

  • Artémis


    Anonyme de l’École de Fontainebleau
    (vers 1550)


    L'élégante Artémis, jumelle d'Apollon,
    Couve de son regard la nature sauvage :
    La forêt, le pâtis, le mont et le vallon,
    Présidant à la chasse, elle hait le carnage.
    Elle et  ses deux consœurs Hécate et Séléné
    Ont formé, chez les grecs, la triade Lunaire
    Diane des romains que rien n'ose défaire
    De son bel agrément qui n'est jamais fané.

    Voyez comme l'artiste a mis toute l'adresse
    Qu'il faut pour modeler son aspect ravissant
    Sur la toile que l'œil, de s'en charmer, ne cesse.
    On dirait une fée. Un mage, en s'en rinçant
    L'œil, oublierait sa foi.Toute vénus, fut-elle
    Enfant de roi, ne peut avoir de tels appas.
    Quel fou refuserait d'admirer son compas ?
    Regardez sous la main saisissant la bretelle !..

    Son sloughi, s'enivrant de son parfum divin
    Flaire le vent, ravi d'être le seul complice
    De la fille de Zeus. Faut-il être devin
    Pour découvrir son jeu ? Frôlant la jambe lisse,
    De sa jeune compagne, il semble s'élancer
    Mais simple illusion ! Là se trouve sa joie,
    Et là doit-il se plaire. Alors, toute autre voie
    N'a l'honneur de le voir, sa marche, cadencer.



    04-09-2019
    bjnb


     


    6 commentaires

  • Sapho se précipitant à la mer



    tableau de l'artiste    
    Jean-Joseph Taillasson  (1745–1809)


    La fille de Lesbos avait une appétence
    Mystique de l'amour. Les nymphettes des lieux
    Lui tapaient dans l'esprit. De son désir intense,
    Elle tirait souvent ses mélancolieux
    Vers sifflant tel un vent déchaîné dans les frênes.
    Ah! les fraîches vénus des doux îlets héllènes !

    Elle leur dédiait ses mots ; sa lyre d'or
    Élevait aux hauts cieux leur charme de déesses
    Dont elle jouissait tel un prince lindor
    Gaspillant pour un sein d'importantes richesses.
    Elle écrivait, chantait. La sensualité
    Fusait de ses vélins en toute humilité.

    Sa demeure vouée au culte d’Aphrodite
    Fut école des arts pour les fleurs des entours
    Aimant s'initier aux dons de l'érudite
    Qu'elle était à leurs yeux toujours repus d'amours.
    Doit-on la condamner pour ses élans vitaux
    Ou goûter le bonheur, non feint, dans ses cristaux ?

    D'après Ovidius, elle avait dû s'éprendre
    D'un jeune, dit Phaon. Son cœur fut ébranlé
    Car ce garçon charmant, vu comme chair de sandre
    Par les dames du coin, n'aimant être attelé
    Au char d'un lit à deux, la laissa bien tôt choir.
    Son esprit fut brisé par ce coup de hachoir.

    Elle alla se jucher sur le roc de Leucade
    Pour un dernier regard sur la mer dont les flots
    Eurent l'ultime droit à sa douce accolade
    Que bénirent les airs fleurant dans des îlots.
    Là, finit son parcours. La Grèce, consternée,
    Porta longtemps le deuil. Ô rude destinée !




    30-08-2019
    bjnb

                                        




     
     






    6 commentaires