•   Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message Supprimer ce message Voir l'adresse IP du posteur

    Allégorie de la rhétorique

    Allégorie de la rhétorique Rhzoto10

    Laurent de La Hyre
    peintre et graveur français du XVIIe siècle
    (1606-1656)


    La plume, l'encrier, le papier au service
    Du mot que l'esprit veut passer dans le discours,
    En prose ou vers soit-il. Avec ses beaux atours
    Rhétorica séduit en offrant son calice
    À l'oreille adorant le beau, brillant toujours

    Laurent y vit un corps de fille gracieuse
    Qui plait par ses appas, qui ravit par son air
    Fin prête à caresser la page. D'un œil fier
    Dirigé vers le ciel, on la voit sérieuse
    Dans sa quête du verbe aussi précis que clair

    Le but est de produire un texte à l'éloquence
    Éclatante pouvant subjuguer l'auditeur
    Et le persuader, d'où la bonne hauteur
    De cet art ou plutôt de ce fil de science
    Dont tisse, les décors de son écrit, l'auteur

    Un vers aux ornements diamantins pénètre
    Aisément dans le cœur pour y créer l'effet
    Voulu. D'après Platon, le grec, "bien dit, bien fait"
    L'âme, s'il est obscur, referme sa fenêtre
    Sans plats délicieux, rien ne vaut le buffet.
    .

    M.Zeid
    13-10-2019
    bjnb

     


    7 commentaires

  • Petit mendiant.

    Petit mendiant. Le_pet10

    Fernand Pelez peintre français (1843-1913).


    Las de courir la rue afin d'y récolter
    De misérables sous en vendant des fleurettes,
    Il s'abat près d'un mur, sans compter les cueillettes
    Sans valeur qu' il a pu rudement collecter.

    Ses guenilles de gueux, ses pieds nus et sa caisse
    Vous diront son malheur de garçon indigent.
    Sa bouche bée indique à tout cœur indulgent
    Qu'il a besoin de soins, qu'il vit dans la détresse.

    À quoi peut-il rêver dans son profond sommeil ?
    Il n'a pas de parents, pas d'amis, pas de gîte.
    Il est seul, démuni, Le ciel noir qui l'abrite,
    Ne voit-il pas ses yeux dénués de soleil ?

    La vie, aux uns, a tout donné -mauvais partage-
    Aux autres, trois fois rien. Parler d'égalité
    Est une fourberie, un bobard débité
    Par les pourris ventrus à l'ingrat caquetage.

    Des sans-abris, des affamés, des mendiants...
    Partout, que font ces gens adorateurs les chaires?
    Ils s'engraissent, pardi! Les sièges aux enchères
    Et les peuples, brouteurs de riens  humiliants.

    La plume et le pinceau n'ont cessé de se plaindre
    Mais l'oreille bouchée et l'œil voilé des chefs
    Se vautrant dans les ksour ou les pompeuses nefs
    N'ont cure de leurs cris car n'ayant rien à craindre.

    Oh! que dis-je ? La mort surviendra les vêtir
    Du linceul mal cousu. L'enterreur, de sa pelle,
    Les couvrira de terre. Eh, oui ! la fosse appelle
    Et l'ange noir, jamais il ne rate son tir.

    M. Zeid
    31-08-2019


    11 commentaires

  • Allégorie de la grammaire

    Allégorie de la grammaire Gramma10

    Selon Renan°, l'allégorie est froide et raide.
    Mais là, Laurent°° a su donner de la chaleur
    Ainsi que de la grâce en sus de la valeur
    À Grammatica qui verse l'eau sur la guède
    Fleurissant dans les pots, malgré l'été brûleur.

    Ses vêtements bronzés, sa belle mine allègre,
    Son regard affectif aux fleurs que, de sa main,
    Elle abreuve, et surtout,son sourire carmin,
    N'invitent à l'aimer un esprit gourde et maigre
    Qui prend un beau cristal pour un vieux parchemin.

    Le ruban sur son bras, est porteur d'un message
    Précisant qu'une langue, à l'écrit, à l'oral,
    Doit obéir aux lois. Son trésor cultural
    En dépend ainsi que son impeccable usage.
    Que serait un bateau à défaut d'amiral?

    L'art de parler comme celui de bien écrire
    Ont besoin d'un savoir, catéchisme précis,
    Pour cadencer les mots, joliment  éclaircis.
    La pureté des dents embellit le sourire.
    Nuls seraient les discours de faussetés farcis.

    Faute d'outils, l'artiste a les mains sommeilleuses.
    À lui seul, son désir de créer reste froid.
    Un poète, à son tour, jamais son vers ne croît
    S'il n'a les instruments, les règles précieuses,
    Pour placer le bon mot, sans heurt, au bon endroit.


    M.Zeid
    12-10-2019
    bjnb


    °Joseph Ernest Renan, né le 28 février 18231 à Tréguier (Côtes-du-Nord)

    et mort le 2 octobre 1892 à Paris,
    est un écrivain, philologue, philosophe et historien français.

    °°Laurent de La Hyre (né à Paris le 27 février 1606 - 28 décembre 1656) est un peintre et graveur français du XVIIe siècle,
    père de l'académicien Philippe de La Hire. C'est l'un des principaux représentants de la peinture française
    des années 1630 et 1640, particulièrement réputé pour ses paysages historiques.


    8 commentaires

  • Paix et Justice

    Paix et Justice Paix_e10

    Laurent de La Hyre
    peintre et graveur français du XVIIe siècle
    (1606-1656)



    Des arbres, des agneaux,  paysage anodin!
    Un ciel vêtu de gris, du bois, une fontaine,
    Tout près, deux fleurs en croix échangeant leur haleine
    En un baiser dont rêverait un vieux mondain
    Qui sentirait bouillir la sève dans sa veine

    Qui sont ces deux beautés? Leurs attributs sont clairs:
    Celle avec la balance a pour prénom Justice
    Détournez vos gros yeux de la pierre qui pisse
    Et fixez cette main offrant l'outil aux airs
    Pour vous ordonner de peser sans caprice

    L'autre exhibant un sein, bourgeon à peine éclos
    C'est Paix. Son armure est à ses pieds. Plus de guerre!
    Seul l'hymne de la vie est à chanter sur terre
    Fini, fini le temps des nocifs mégalos
    Bannissons les conflits, épurons l'atmosphère.

    Le peintre a su parer de clarté ces joyaux
    Que l'on a trop souillés pour dominer le monde
    On a truqué les poids sous le désir immonde
    D'amasser l'écu d'or et s'emplir les boyaux
    Oubliant que la mort poursuit toujours sa ronde

    Et partout où l'on va, gronde l'acier mortel
    Nature en feu, cités et bourgs, murs en décombres
    L'enfant et le vieillard traînent telles des ombres
    Mourant de faim, de soif, de peur... Plus de cheptel
    Ni de pâtis...arpents hideusement sombres.


    M.Zeid
    121019
    Bjnb





    17 commentaires

  • Clio la muse

    Clio la muse Clio10


    Pierre Mignard
    peintre français.
    (1612 - 1695)


    *

    Ô Clio, la jolie ! un peintre au pinceau d'or
    Dut montrer tes appas telle une libertine.
    Es-tu fille de Zeus, âme de Mnémosyne,
    Ou n'es-tu que le fruit de l'esprit d'un cador
    De l'art minutieux qui jamais ne badine?

    On dit que tu chantais, des héros, les exploits
    D'où ton seul attribut de muse de l'histoire.
    Ce n'est, pour ta beauté, qu'un mot diffamatoire
    Car c'est claquemurer ta grâce en des endroits
    Où resplendit le fard qui trompe l'auditoire.

    Ces livres si massifs content-ils Vérité?
    J'en doute! Ils sont farcis d'illusoires louanges
    Encensant les payeurs figurés tels des anges
    Même s'ils sont démons bourrés de vanité.
    J'aurais aimé te voir loin de ces dits étranges.

    Mais Homère et ses pairs ont ainsi décidé.
    Nous marchons sur leur pas, et leur imaginaire
    Demeure florissant dans notre abécédaire
    Même si le soupçon, de nos jours, l'a vidé
    De ses bas racontars indignes de notre ère.

    Vaine est la passion qui n'use du tamis
    Pour, le son, enlever. Si j'étais quelqu'un d'autre,
    Je vous aurais sommés de préférer l'épeautre
    Au blé dur. Votre pain serait bon, les amis!
    J'en fais alors le mien, prenez-en pour le vôtre !

    Clio la muse Mz210


    6 commentaires